La Boutique du Périnée

La ménopause

La menopause fait partie des étapes importantes de la vie d’une femme. Elle survient entre 45 à 55 ans et touchent près de 14 millions de françaises.

Ce changement hormonal marque la fin des règles donc de l’ovulation et de la sécrétion des hormones (œstrogène et progestérone).

La ménopause n’est considérée comme définitive qu’après une absence de règles d’au moins un an.
La période qui la précède est appelée périménopause, elle est souvent accompagnée de symptômes lies à ce bouleversement hormonal.

En effet, la baisse d’hormones agit sur les tissus, les os, la graisse, le cerveau, la peau, etc et peuvent donc provoquer ces symptômes plus ou moins gênants dans le quotidien :

• Bouffées de chaleur, sueurs nocturnes,
• Troubles du sommeil, de la mémoire et de la concentration,
• Troubles de la vessie et du périnée (incontinence, fuites urinaires, descente d’organe),
• La sécheresse vaginale, fragilité de la muqueuse vaginale avec des risques d’infections plus élevés, diminution de la libido,
• Vieillissement de la peau,
• Prise de poids, plus particulièrement par une redistribution des graisses qui va se déposer sur la zone abdominale,
• Troubles de l’humeur (jusqu’à parfois une tendance dépressive)
• Faiblesse osseuse (risque d’ostéoporose et de fracture pour les femmes plus âgées)
• Risque cardio-vasculaire plus élevé

80 % des femmes ressentent au moins un des troubles liés à la ménopause (bouffés, sécheresse, graisse abdominale, etc…) et 20 à 25 % sont plus dérangés par ces symptômes. Certaines femmes ne rencontreront quasiment aucune gène durant cette période, pour d’autres cela sera plus complexes, avec un ou des symptômes plus ou moins gênants.

Intéressons-nous aux troubles intimes pour lequel il existe des solutions simples.

Les troubles urinaires et sexuelles & la ménopause

Les pertes ou fuites urinaires


Passé la cinquantaine, les femmes ressentent parfois de petites pertes urinaires accidentelles plus particulièrement lorsqu’elles font un effort. La vessie est moins continente, elle régule moins bien les contractions et peut donc devenir également instable.

Le périnée, ayant été sollicité par les grossesses, le sport, le port de charges, etc, il est souvent moins tonique pour soutenir cette pression abdominale qui s’exerce lors des mouvements et des efforts du quotidien (sport, toux, d’éternuement , rire, port de charge etc.)

C’est pourquoi ce dernier peut être rééduqué pour se renforcer et aider à palier à cette vessie plus fragilisée.

La rééducation périnéale va renforcer les muscles du périnée, et aider à retrouver des réflexes de contractions du périnée et des sphincters pour que lors d’effort ou d’envie pressante ce périnée soit plus fort et évite ainsi les fuites urinaires.

Il est important de ne pas laisser les fuites urinaires s’installer. Plus le problème sera pris en charge tôt, plus les risques de descente d’organe (ou prolapsus) seront diminués.

L’incidence sur la sexualité.
La baisse d’hormones fragilise le vagin, tout d’abord par le manque de sécrétion (sécheresse) mais aussi par rapport à la muqueuse vaginale qui devient plus lisse et ses parois plus fines, l’utérus qui devient plus petit et la vulve qui perd du relief.

Tous ces changements peuvent avoir pour conséquence un inconfort intime durant les rapports (mais aussi dans son quotidien) pouvant parfois aller jusqu’à des douleurs lors de la pénétration (atrophie vaginale).

Le manque de sensibilité durant les rapports est aussi chose courante avec l’arrivée de la ménopause particulièrement lorsque le périnée est un peu affaibli.

Rééduquer le périnée peut aider à retrouver ses sensations amoindries et des rapports sexuels de meilleure qualité.

La rééducation périnéale


La rééducation périnéale est prise en charge par l’Assurance Maladie lorsque le médecin le prescrit. Elle peut s’effectuer, soit par des séances chez une sage-femme ou une kinésithérapeute spécialisée, soit à domicile par l’achat d’appareil d’électrostimulation périnéale.
La douleur périnéale et vaginale peut également être prise en charge avec une rééducation périnéale.

Pour conclure, parler avec son médecin gynécologue est important, car de nombreuses solutions existent pour atténuer ou supprimer ces troubles : traitement hormonal local ou oral, laser, traitement à base de plantes, application de gel avec de l’acide hyaluronique, utilisation de dilatateurs vaginaux dans les cas d’atrophie, utilisation de boules de geisha pour le périnée, rééducation périnéale, etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *