La Boutique du Périnée

Vivre sa grossesse malgré le vaginisme

Le vaginisme et la grossesse

Le vaginisme est un trouble  lié à la contraction involontaire du muscle vaginal rendant ainsi toute pénétration impossible ou douloureuse. Dans le cas où celle-ci est effectuée, la femme peut ressentir des douleurs atroces. 1 sur 100 des femmes souffre de vaginisme et la plupart des causes sont souvent d’ordre psychologique. En plus de la phobie des relations sexuelles, les examens gynécologiques sont redoutés par les femmes atteintes de vaginisme. Mais comment font-elles pour vivre une grossesse ?

Être confiante et ne pas dramatiser la situation

Un jour ou l’autre, l’instinct maternel va surgir et le besoin de vouloir un bébé est inévitable. Bien que les femmes souffrant de vaginisme s’émeuvent à l’idée de devenir mères, il y a toujours ce côté craintif face à l’idée de suivre un examen médical. Il est impératif de consulter un gynécologue ou une sage-femme pour suivre de près l’évolution de la grossesse. Le courage, certes, faut-il encore attendre ce que les contractions musculaires nous réservent. La partie au niveau de l’abdomen, en particulier le vagin, va surement accentuer le développement du réflexe de protection, ce qui rend encore davantage toute pénétration, même le doigt du gynécologue, impossible. La première à chose à faire est donc d’aménager le côté psychologique.

Comment avoir l’esprit tranquille ?

Si l’on cite les causes du vaginisme, on constate que le souci repose sur le plan psychologique. Une femme souffrant de ce trouble peut avoir été la victime d’une agression sexuelle. Elle peut véhiculer dans ses pensées des principes de chasteté. Elle peut tout simplement avoir le dégoût de l’acte sexuel. Quelques fois, la raison de l’apparition du trouble est liée à une anomalie de la musculature pelvienne. Une intervention chirurgicale est dans ce cas avancée comme solution. Pour avoir l’esprit tranquille, la femme désireuse d’avoir un bébé doit se confier à son gynécologue ou à sa sage-femme pour évoquer son problème. Une relation de confiance doit être instaurée entre la patiente et le médecin. D’habitude, le personnel médical effectue leur travail en prenant en compte le cas de chaque patiente. La compréhension est de mise et il est défendu de brusquer ou de forcer une patiente souffrante de vaginisme.

Pour une grossesse sans angoisse, la sage-femme doit rassurer la patiente à chaque intervention gynécologique. En plus de bien lubrifier la région externe du vagin, il est de rigueur que chaque séance soit accompagnée d’un soutien moral et surtout d’une félicitation si tout se passe bien après une intervention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *