La Boutique du Périnée

Le prolapsus : ses causes, ses conséquences

Qu’est-ce qu’un prolapsus ? 

Qu’entend votre médecin lorsqu’il vous parle de prolapsus ?
Le prolapsus correspond à une descente d’organes.

Le prolapsus génital se caractérise par la descente qui se produit,lors d’un effort ou de manière permanente, de l’ensemble ou d’une partie de la paroi vaginale.

Cette descente peut aussi concerner la vessie, le rectum et de façon adjacente le cul-de-sac péritonéal. Un ou plusieurs organes peuvent donc définir un prolapsus. Cette descente se produit au niveau de l’orifice vulvaire ou vaginal.

Quels sont les signes physiologiques d’un prolapsus ?

Lorsqu’elle présente un prolapsus, une femme va éprouver des douleurs dans la région pelvienne.

Elle peut également avoir l’impression de sentir comme une saillie à l’intérieur de son ventre, une sorte de “boule” gênante et désagréable. Cette sensation peut encore s’accentuer lors d’efforts.

D’autre part, la femme va le plus souvent être confrontée à des troubles de la miction qui vont se manifester par des envies impérieuses d’uriner ou par une incontinence urinaire d’effort. Elle peut aussi rencontrer des gênes ou des douleurs lors des rapports sexuels.

Quelles peuvent bien être les causes d’un prolapsus ?

Le prolapsus survient le plus souvent à la suite d’accouchements difficiles, d’accouchements nombreux ou encore après la naissance de bébés d’un poids supérieur à 4 kilos.

La ménopause se présente également comme un facteur aggravant des risques de prolapsus génitaux.

Quelles sont les conséquences d’un prolapsus ?

Pour une femme la conséquence majeure et la plus invalidante d’un prolapsus est bien entendu l’incontinence urinaire. Elle est à rechercher par le médecin d’autant que les femmes hésitent à rendre compte de ce trouble dont elles ont très souvent honte.

Le prolapsus, surtout s’il concerne plusieurs organes est psychologiquement très difficile à vivre.

Il est une atteinte à l’image corporelle de la femme, atteinte dans sa féminité et au plus intime d’elle-même, sa vie génitale.

Alors, quelles solutions au prolapsus ?

Il s’agit avant tout de le prévenir par une rééducation systématique après chaque accouchement. Quand celui-ci est malgré tout installé, quelques solutions s’offrent à la femme.

La solution chirurgicale ne sera pas proposée d’emblée. Elle ne sera en aucun proposée aux femmes qui désirent avoir d’autres enfants.

Un prolapsus mineur sera soulagé par une rééducation périnéale appropriée du périnée. Seules les femmes concernées par un prolapsus vraiment invalidant se verront proposer la voie chirurgicale.

Pour les femmes encore jeunes, la pose d’un pessaire pourra être utilisée en accord avec le médecin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *