La Boutique du Périnée

Bien vivre sa grossesse en étant atteinte du vaginisme

Avant même de savoir s’il est possible de bien vivre sa grossesse en étant atteinte du vaginisme, il faut déjà définir en quoi consiste cette pathologie.

En savoir plus sur le vaginisme

Processus psychophysiologique empêchant toute pénétration vaginale, l’acte sexuel s’avère impossible. Le pénis ne peut pas pénétrer sans que la femme ressente des douleurs insoutenables. Se montrant davantage psychologiques que pathologiques, il ne faut pas pour autant les négliger. Le fait d’imaginer son vagin trop étroit, de ne pas connaître son corps ou même, de ne jamais avoir essayé les tampons lors du cycle menstruel, sont bien souvent l’origine de ce vaginisme. Malgré toutes ces raisons, il est tout à fait possible de vivre sa grossesse, et les examens gynécologiques ne seront plus redoutés.

Trouver la solution adaptée à chaque femme

Alors que les examens médicaux sont tout autant importants que des rapports dans une relation sexuelle épanouie, les femmes porteuses de ce syndrome ne l’entendent pas du même œil. Les visites chez leur gynécologue sont une véritable source d’angoisse, sachant qu’elles doivent subir un toucher vaginal ou l’intrusion du spéculum. A chaque pénétration, les muscles vaginaux se contractent comme pour se protéger d’un corps étranger qui tenterait de s’introduire à cet endroit-là.

La confiance, un point clé pour mieux vivre son vaginisme

Le vaginisme n’est pas une maladie en soi, puisqu’il s’agit, généralement, d’un blocage psychologique. Ainsi, le personnel médical se doit d’être à l’écoute de sa patiente, afin de la rassurer, et de lui donner confiance en lui, comme en elle d’ailleurs. La future maman apprendra à se détendre, à faire abstraction de ces tracas-là, et se laissera donc examiner. Il est rare de voir son gynécologue vous blesser, mais dans le cas où cela arriverait, il est préférable de changer de médecin.

En parler avec son gynécologue

Lorsque vous arrivez chez votre gynécologue, en début de grossesse, il est essentiel de parler de votre souci de vaginisme. Formé pour vous accompagner médicalement tout au long de votre grossesse, votre sage-femme l’est aussi pour vous soutenir psychologiquement. Si elle est au courant de votre problème, elle pourra y remédier en vous donnant des conseils, en vous rassurant et en vous aidant à vous détendre. Point important à ne pas négliger : la discussion est toujours une arme fatale.

S’il n’y a plus de solution primaire

Si votre blocage persiste, il est bon de faire appel à un sexothérapeute. Son côté psychologique, et sa connaissance du corps de la femme, vous donneront l’occasion de passer, une bonne fois pour toute, au-dessus de ces inconvénients qui nuisent au bon suivi de votre grossesse, et qui peuvent entraver votre vie sexuelle.

Au vu de toutes ces recommandations, vous savez maintenant que vous pouvez vivre votre sereinement, même si vous êtes atteinte du vaginisme !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *