La Boutique du Périnée

L’incontinence urinaire féminine : mieux la comprendre

Incontinence : les bienfaits de la rééducation périnéale

Qu’est ce que l’incontinence urinaire féminine ?

L’incontinence urinaire est une affection qui se caractérise par des fuites involontaires d’urine par l’urètre. Elle touche aussi bien les femmes que les hommes. Mais, ce sont surtout les personnes ayant l’âge compris entre 40 et 85 ans qui sont les plus touchées par cette affection. En 2007, 3 millions de Français et en 2007, 1 million et demi de Canadiens en souffraient.

Dans cet article, nous verrons ensemble, les différents types d’incontinence.

Les différents types d’incontinence urinaire

  1. L’incontinence urinaire d’effort est la forme la plus connue et la plus répandue. Elle intervient souvent après n’importe quel effort physique surtout la course ou la marche ou encore le soulèvement des objets lourds. Elle intervient aussi après un éternuement, une toux ou un rire. Elle affecte beaucoup plus les personnes âgées (35 % des cas) ainsi que les femmes en début de ménopause ou après un accouchement. Même si ce sont des cas rares, les hommes peuvent aussi en souffrir.
  2. L’incontinence par regorgement que l’on appelle aussi rétention chronique est la forme qui affecte le plus l’homme en perturbant sa fonction d’évacuation de la vessie. Elle serait due au diabète ou à l’hyperplasie de la prostate. Elle se caractérise par une grande augmentation du volume de la prostate.
  3. L’incontinence par impériosité s’appelle aussi urgenturie ou encore incontinence par instabilité vésicale. Il s’agit d’une forme d’incontinence urinaire qui affecte 60 à 70 % des personnes âgées. Elle se caractérise par une envie pressante et forte d’uriner qui empêche d’atteindre les toilettes.
  4. L’incontinence fonctionnelle représente 25 % des cas d’incontinence urinaire. Elle affecte surtout les personnes âgées ayant une baisse des fonctions mentales, ceux qui ont des problèmes de se déplacer ou encore qui sont atteints de maladies chroniques.
  5. L’incontinence urinaire mixte représente près 30 % des cas d’incontinence urinaire. Il s’agit d’une affection qui combine à la fois l’incontinence par impériosité et l’incontinence d’effort. Dans la plupart des cas, l’une des deux affections est plus dominante que l’autre.

Des points à retenir

  • Il existe une autre incontinence rare et peu documentée que l’on appelle « incontinence fécale ». Il s’agit d’une double incontinence qui associe à la fois une incontinence urinaire et une perte incontrôlée de selles.
  •  Il existe des médicaments pour traiter la quasi-totalité de ces incontinences urinaires. Mais, quelle que soit la forme, la meilleure façon de les soigner et d’en parler d’abord au médecin. C’est lui qui est mieux placé pour vous prescrire un traitement adéquat, après un diagnostic.

Il est important aussi de rappeler que la rééducation  périnéale par sonde (électrostimulation) permet d’obtenir de très bons résultats. L’électrothérapie périnéale est de plus désormais prise en charge par l’Assurance Maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *